CategoriesActualités

Le présent rapport rend compte des travaux de l’Atelier de Lancement Officiel du Processus de Réalisation de l’Evaluation des Besoins en Technologies (EBT) et d’un Plan d’Action Technologique (PAT) en vue de la Mise en Œuvre de la Contribution Déterminée au Niveau National (CDN) de la RDC, atelier tenu les dixième et onzième jours du mois de mars de l’an deux milles vingt et un à la Maison de France, dans la ville province de Kinshasa en République Démocratique du Congo.

Le transfert de technologies étant crucial pour atteindre les objectifs définis dans les documents stratégiques officiels du pays en matière de changement climatiques, notamment dans sa CDN, ce processus présente une opportunité majeure pour la RDC. Le transfert de technologies dans les secteurs identifiés dans la CDN aura certainement un impact sur la réduction de la vulnérabilité de la population, donc sur l’augmentation de la résilience au changement climatique et sur l’orientation du pays vers un développement sobre en carbone. L’EBT concentrera l’évaluation technologique dans les secteurs de l’agriculture, de l’énergie et de la sylviculture.

Cet atelier s’inscrit dans le cadre d’un Readiness financé par le Fonds Vert pour le Climat en faveur de la République Démocratique du Congo, afin de permettre à cette dernière de réaliser une évaluation de ses besoins en technologies climatiques et d’élaborer un Plan d’action technologique. Les parties impliquées en tant qu’Entité Accréditée et Delivery Partner est : ONUDI, CTCN, DELOITTE.

Le présent atelier a pour objectif général de lancer ce processus hautement participatif, en présentant à toutes les parties prenantes au niveau national le Cabinet Deloitte Tohmatsu Financial Advesory qui a été recruté par l’ONUDI pour accompagner le pays dans cette activité.

De manière spécifique, les objectifs poursuivis par cet atelier sont : (1) Permettre aux parties prenantes nationales de maîtriser et de comprendre les mécanismes de FVC et de CTCN dans la mobilisation des moyens et des technologies appropriées pour l’adaptation et l’atténuation ; (2) Présenter aux participants le cadre logique de cet appui technique à travers la méthodologie d’approche et les résultats attendus à la fin du processus ; (3) Permettre à l’END d’avoir une cartographie des parties prenantes et des personnes ressources pour les activités à venir.

Se voulant le plus participatif et inclusif possible, l’atelier a réuni les parties prenantes suivantes impliquées dans la question du financement climatique : les Experts du MEDD, les participants des autres ministères sectoriels (Agriculture, Pêche et Elevage, Energie, Genre, Santé, Plan, Finances, Budget, Aménagement du territoire, Foncier, Mines et Hydrocarbures, Recherche scientifique, etc.), la Société civile, le monde académique et de la recherche, le secteur privé, les associations et organisations féminines, les institutions financières nationales, les partenaires techniques et financiers.

Il convient de noter qu’en vue de se conformer aux exigences sanitaires liées à la pandémie de Corona virus, les assises ont eu lieu en présentiel pour certains participants, et par visioconférence pour d’autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *